Les Membres
Les Fouilles
CETREP
Spéléo / Bio
Championnat de tir
Publications
Les Conférences
entete

Introduction Fouilles anciennes Fouilles en cours Nous prévenir Participer
LES FOUILLES ANCIENNES

L’ossuaire néolithique de Ramioul
La fouille de la grotte triangulaire de Ramioul en 1908 a permis la découverte d’ossements provenant de 7 jeunes individus associés à des silex et de la poterie. Cette sépulture néolithique constitue la première grande découverte de la jeune Société.
Le dégagement des dépôts accumulés le long de la falaise, de 1909 à 1911, a permis la mise au jour et la fouille d’une couche moustérienne et d’un niveau aurignacien sur la terrasse de la grotte qui venait d’être découverte.

VANDEBOSCH A., 1909. Deux importantes découvertes de restes humains préhistoriques à Ramioul. Bulletin de la Société royale belge d’Etudes géologiques et archéologiques Les Chercheurs de la Wallonie, n°.III, p. 9-19.
VANDEBOSCH A., 1921-1922. Fouilles de 1911 in La grotte de Ramioul. Bulletin de la Société royale belge d’Etudes géologiques et archéologiques Les Chercheurs de la Wallonie, n°.VI, p. 7-27.

L’abri de Mégarnie
Les Chercheurs ont repris des fouilles dans les dépôts qui avaient déjà été visités auparavant. Une stratigraphie en 3 couches a été reconnue. La fouille méticuleuse a permis de contredire les affirmations péremptoires du premier fouilleur. Cette fouille à permis de découvrir des artéfacts datant du magdalénien.

DE RADZITZKI I., 1910-1911. L’abri de Mégarnie. Bulletin de la Société royale belge d’Etudes géologiques et archéologiques Les Chercheurs de la Wallonie, n°IV, 197-204.

Le gisement paléolithique d’Engihoul
Ce gisement fut découvert en 1931 par A. Vandebosch dans le front de taille de l’exploitation de la carrière d’Engihoul suite aux découvertes qu’un ouvrier carrier lui avait montrées fut
exploré de 1931 à 1936. La stratigraphie mise au jour révèle l’existence de niveaux aurignacien, moustérien supérieur, moustérien typique, levallois entrecoupés de couches stériles. Des foyers furent découvert dans les niveaux aurignacien, moustérien typique et levallois.

VANDEBOSCH A., 1936. Engihoul, un nouveau gisement paléolithique. Bulletin de la Société royale belge d’Etudes géologiques et archéologiques Les Chercheurs de la Wallonie, n°.XII, 1-84.

Le gisement néolithique d’Engihoul
Repérées dès les années 1912, les fouilles entreprises dès 1939 furent suspendues durant la seconde guerre mondiale pour se poursuivre de 1946 à 1951. Située sur un éperon rocheux, une partie de ce site disparut dans les travaux carriers. L’exploration, même partielle, a permis de découvrir une occupation du néolithique final où sont associés matériel lithique, céramique et osseux.

SAUVAGE F.G.,UYTTERHOEVEN J., 1952-1953. Gisement néolithique d’Engihoul. Résultat des fouilles entreprises de 1939 à 1951. Bulletin de la Société royale belge d’Etudes géologiques et archéologiques Les Chercheurs de la Wallonie, n°.XV, p. 298-307.

La grotte Schmerling à Engis
Le tamisage des déblais provenant des recherches antérieures a permis de récupérer 2 057 silex taillés, 220 dents, 1286 ossements et 103 tessons de poterie. Il ne fut pas possible de dater avec certitude tout le matériel qui provenait de couches moustérienne, paléolithique supérieur, omalienne, néolithique final, âge des métaux ( La tène), époque belgo-romaine et moderne.

DESTEXHE-JAMOTTE J., 1957. La grotte Schmerling à Engis. Bulletin de la Société royale belge d’Etudes géologiques et archéologiques Les Chercheurs de la Wallonie, n°.XVI, p. 105-127.

Le cimetière mérovingien de Hollogne-aux-Pierres
En 1904 fut signalée la découverte de tombes franques près du château de Hollogne-aux-Pierres. En 1964, la destruction imminente du site a amené la Société à effectuer une série de repérages qui se sont avérés positifs. Suite à ces découvertes, une convention fut signée entre les Chercheurs de la Wallonie et le Service des Fouilles. Les recherches ont permis le sauvetage de 22 tombes mérovingiennes.

ALENUS LECERF J . , DRADON M., 1966 – 1968. Tombes mérovingiennes à Hollogne-aux Pierres. Bulletin de la Société royale belge d’Etudes géologiques et archéologiques Les Chercheurs de la Wallonie, n°.XX, p. 5-134.

Le cimetière belgo-romain de Ramioul
La mise à nu des bancs calcaires du lieu-dit « Champ des oiseaux » par la carrière permit la mise au jour de 7 tombes.

DESTEXHE G.,1971-1973. Le cimetière belgo-romain de Ramioul. Bulletin de la Société royale belge d’Etudes géologiques et archéologiques Les Chercheurs de la Wallonie, n°.XXII, p. 33-62.

Le site omalien de « Noir Fontaine » à Horion-Hozémont
Repéré en 1966, ce site menacé de destruction par l’autoroute de Wallonie put être sauvé grâce à une convention entre les Chercheurs de la Wallonie et le Service National des fouilles.
Deux tranchées furent excavées dans l’emprise expropriée qui permirent la mise au jour de 21 fosses rubanées et un fossé daté de l’âge du fer. Ce site se caractérise par le travail du grès micassé de Horion-Hozémont dans lequel les danubiens réalisaient des outils polis.

DRADON M., 1967. Découverte d’ateliers de taille et de finition d’herminettes omaliennes. Mélanges Varia Hélinium VII, p.253-259
TROMME F., HAECK J., Le village omalien de « Noir Fontaine » à Horion Hozémont. Bulletin de la Société royale belge d’Etudes géologiques et archéologiques Les Chercheurs de la Wallonie, n°.XXIII, 331-378.

Le site danubien du « Fond Chenai » à Awans
Suite à la découverte de silex taillés faites par l’exploitant du terrain, les recherches ont amené, dès 1980, la mise au jour d’un village rubané (néolithique) qui se caractérise par une succession de plusieurs occupations durant la période danubienne : présence de céramiques du rubané ancien et plan d’une maison à annexe latérale durant la phase finale.

TROMME F., 1986. Le village omalien du « fond Chenai » à Awans. Campagne 1980 à 1982. Structures et industries lithiques. Bulletin de la Société royale belge d’Etudes géologiques et archéologiques Les Chercheurs de la Wallonie, n°.XXVII, p.121 à 209
CASPAR J.P., HAUZEUR A., TROMME F., 1992. Awans « Fond Chenai » : Synthèse des campagnes de fouilles 1988 à 1991. Notae Praehistoricae, n°11, p. 85-92.


LES FOUILLES EN COURS

Hollogne aux Pierres
Une équipe explore actuellement le site supposé de l’ancien château médiéval de Hollogne-aux-Pierres. Jusqu’ à présent, on peut déceler 3 phases d’occupation . Un puits (de la 2ème phase) est en cours de fouille.

GEMIS Ph., 2003. Grâce-Hollogne/Grâce-Hollogne : l’ancien château de Hollogne-aux-Pierres. Chronique de l’Archéologie wallonne 11, p. 128-129.


L’EQUIPE FOUILLE SUBVENTIONNEE PAR LA REGION WALLONNE

Depuis 1995, une équipe de recherche subventionnée par la Région wallonne est attachée à notre A.S.B.L. Son rôle est l’intervention d’urgence sur des sites menacés de destruction ou découverts fortuitement.

Oupeye/Haccourt –« cité Wéry » en contrebas de la villa romaine de Haccourt : âge des métaux

Les Chercheurs de la Wallonie © 2006